Et que 2018 nous fasse oublier 2017…

Je vais commencer ce billet en vous souhaitant une très belle année 2018. Je vous souhaite sincèrement que votre santé et celle de vos proches soient bonnes et que votre année soit douce et remplie de joies.

 

Comme l’an dernier, j’avais envie de faire un peu le point sur l’année qui vient de se terminer… Le titre de cet article est assez parlant je pense, pour nous, ce ne fut pas une bonne année.

 

Oh bien sûr, il y a eu, et heureusement, quelques jolis moments comme le premier concert de ma grande, la savanesque jungle party pour ses 9 ans, la fête Vaiana pour les 5 ans de sa sœur, le dîner d’Halloween et les fêtes de fin d’année.

 

Il y a eu aussi quelques voyages…  Marrakech, Lisbonne, Venise, l’Algarve et Anvers dont je dois encore vous parler mais, à part cet été au Portugal, il s’agissait surtout de week-ends et je dois avouer que partir, plus que 2-3 jours, m’a manqué cette année.

 

C’est moralement qu’elle a été le plus difficile à vivre cette année 2017 et c’est en me répétant très régulièrement « tant que la santé va, ça va » que j’ai passé chaque journée.

 

Je n’en ai jamais parlé ici, ni sur les réseaux sociaux (à part un peu en surface sur instagram) par pudeur et surtout parce que ce n’est pas dans mon tempérament…

J’ai tendance à me renfermer sur moi-même quand ça ne va pas et je ne parle pas, ou à très peu de personnes, de mes problèmes… Mais j’ai reçu ces derniers mois de très gentils messages me demandant si ça allait, constatant que j’écrivais moins ici, échangeais moins sur facebook et publiais moins sur Instagram également.

Je n’ai donné que des réponses évasives mais je me dis que me confier ici, dans cet unique billet, sur une partie au moins de ce qui n’a pas été cette année, apportera des réponses à celles qui se sont gentiment inquiétées et me fera aussi du bien.

 

Les deux choses les plus importantes nous sont tombées dessus en même temps… En juin nous apprenions l’arrestation d’un pédophile dans l’école de ma fille et mon mari perdait son travail.

 

Un animateur, proche des enfants parce que le plus « sympa »… Vous pouvez imaginer tout ce que ça a eu comme impact sur les enfants, leurs parents mais aussi l’équipe éducative… L’horreur qui s’abat sur l’établissement dans lequel vous déposez chaque matin vos enfants en toute confiance.

Notre fille a eu la chance, même si elle le connaissait bien, de ne pas être concernée par les actes horribles de cet homme mais certains des camarades qu’elle fréquente l’ont été et les semaines qui ont suivies ont été difficiles. Il a fallu lui poser des questions sensibles, expliquer l’inexplicable, rassurer, apaiser… 

 

 

Quand mon mari est rentré et m’a annoncé qu’il n’avait plus de boulot, je n’ai pas été inquiète. J’étais même presque contente que ça lui arrive en juin, persuadée qu’il trouverait très vite quelque chose, qu’il re-bosserait en septembre, et qu’en attendant on profiterait de l’été…

Où l’on voit la naïveté de celle qui n’a jamais, de près ou de loin, connu le chômage…

L’été s’est terminé, l’automne est passé, l’hiver a commencé…

Et, au fur et à mesure que les semaines sont passées, l’inquiétude, le stress et le moral en berne se sont confortablement installés.

 

Je ne vais pas donner plus de détails car je pense que vous pouvez aisément imaginer la situation mais bon… Quand un couple qui avait une vie bien rodée, avec un mari bossant beaucoup, se retrouve 24h/24H ensemble ou presque, avec un état d’esprit se dégradant à mesure que la situation s’éternise… Et bien, devinez quoi, ça ne donne pas des moments très sympas !

 

Evidemment, il a fallu réajuster notre mode de vie, nos habitudes au quotidien et de manière plus globale… Ce qui explique, par exemple, le pourquoi du pas de voyages comme à notre habitude ou pourquoi pas de fête pour nos 10 ans de mariage qui avaient la bonne idée de tomber cette année-là…

 

Et puis, il y a eu des déceptions amicales aussi… J’aurais dû m’y attendre, j’ai déjà traversé d’autres périodes difficiles dans ma vie et c’est un phénomène assez récurrent quand ça ne va pas, des gens disparaissent… Là, j’avoue, je ne pensais pas… Et pourtant, voilà.

 

Bref, je ne suis pas mécontente de dire adieu à 2017 et même si, pour ne rien vous cacher, pour le moment la situation est toujours identique, j’ai décidé de mettre un gros coup de pied à cette grosse déprime qui m’a complètement bousillé les 7 derniers mois et j’accueille à bras ouverts 2018.

 

Je me veux optimiste, positive et je veux retrouver la pêche !

 

 

 

16 commentaires

  • Kid Friendly dit :

    Je te souhaite une année 2018 beaucoup plus douce.
    J’ai dû vaguement entendre pour l’école mais pas plus que ça. Pourtant on est pas loin. Il y avait déjà eu un souci avec un jeune animateur il y a quelques années en plus. Bref, gloups !
    Je croise pour le boulot pour ton mari.
    Et pour les amis je ne suis malheureusement pas surprise…

  • Claire dit :

    Je vous souhaite une excellente année 2018.
    Je me souviens que tu avais évoqué l’affaire de pedophilie. C’est tellement affreux.
    Ton mari a t’il retrouvé du travail?
    Bon courage car ce n’est pas évident cette situation.
    Plein de bonnes choses pour cette nouvelle année.

  • Je te souhaite que cette année t’apporte ce que tu souhaites surtout la santé pour toi et ta petite famille, car c’est le plus précieux que l’on ai. Ensuite je vous souhaite de retrouver cet équilibre que vous aviez avant avec un travail pour ton mari.
    Effectivement quand on a des problèmes nous sommes beaucoup à sourire et à cacher nos angoisses, nos peurs,… Seuls les personnes très proches peuvent le sentir ou le voir et il y a aussi qu’il faut savoir se confier pour avoir une épaule réconfortante. Les problèmes font aussi très souvent fuir les  » amis » et la famille malheureusement…. Ça permet de faire un ménage c’est pas plus mal aussi !
    2017 aura été encore pour moi une épreuve qui m’a montré que la vie est très courte car j’ai perdu une amie d’une tumeur au cerveau, elle avait 40ans et 3 enfants, et la voir partir peu à peu ma replonger dans une situation similaire et c’était pas facile à vivre… Mais je souhaite que 2018 nous apporte à tous la paix et un peu de bonheur…. On attendra tes prochains billets avec impatience car c’est vraiment un plaisir de te lire. Je t’embrasse

  • Manu (Esteolia) dit :

    Je vous souhaite à toi et ta famille, une belle année 2018.

    Hop un job pour Mr, hop une école sûre avec des fillettes et des copains/copines épanouis et innocents loin de ces horribles adultes, hop des voyages pour vous tous, hop de la couleur, hop de la gaité, hop la bonne santé…

    2018, l’annee de la Réussite !

  • MamaFunky dit :

    J’espère de tout coeur que la situation va se décanter et que ton chéri retrouvera vite un super job !
    J’imagine tout à fait le chamboulement dans un quotidien bien rodé. Et puis c’est sur que moralement ça joue énormément.
    Bref je te souhaite vite de retrouver un bel équilibre au sein de ta famille et je te souhaite une belle année 2018. Que l’amour et la santé soit au rendez-vous. Un job pour ton mari aussi !

  • Summer Girl dit :

    Je ne sais pas dans quoi bosse ton mari mais si ça peut te rassurer (pour avoir cherché du travail 2 fois dans ma jeune carrière), il faut en moyenne 8 mois pour retrouver un travail car on s’améliore avec le temps et qu’à force d’entretiens on sait ce qu’attendent vraiment les recruteurs en face de nous. Je croise les doigts pour vous car je sais comme c’est difficile pour toute la famille de vivre dans l’incertitude et ne plus pouvoir faire de projets..
    En janvier 2017, je perdais mon papa et 15 jours après je passais une semaine à l’hôpital pour mon bébé…. alors tout comme toi j’accueille 2018 à bras ouverts et apaisée d’une certaine manière.
    Je vous souhaite beaucoup de moments de bonheur en famille et une douce année <3

    • Patricia dit :

      Mes sincères condoléances pour ton papa… Oui l’incertitude, ne rien pouvoir prévoir, le moral au fond du trou… Pas facile tout ça mais je me dis qu’il y a pire que nous et que tout va s’arranger ! 2018, l’année de la réussite, non ?! ;-)

  • Sophie dit :

    Oh j’espère que ton mari va retrouver du travail avant la fin de l’hiver du coup. Belle année à toi et ta famille bisous

  • MissBrownie dit :

    Chaudoudoux …
    Je me souviens de la période où mon papa s’était retrouvé au chômage, ça avait été très dure pour ma maman, pour la famille. J’espère que ton homme retrouvera vite du boulot.
    Quand j’étais au collège, c’est notre proviseur, très très proche des élèves, surtout des filles de l’UNSS qui a été arrêté pour pédophilie … Nous, on avait une totale confiance en lui. Son fils était dans la classe de ma soeur.

    Je te souhaite une année 2018 plus douce.

    • Patricia dit :

      Oh quelle horreur… Atroce pour les enfants évidemment et pour son fils aussi !
      C’est un peu dur pour nous aussi, moralement surtout et puis je pense qu’on n’est pas fait pour être 24/24H ensemble alors ça chauffe parfois d’être trop ensemble ces derniers temps…
      On croise les doigts pour que ça s’arrange au plus vite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *