Asocial de mon coeur

Je ne vous ai jamais vraiment parlé de lui, celui qui partage ma vie depuis plus de 10 ans, le père de mes chipies, mon asocial chéri.

 

Asocial oui. Carrément.

Mon mari n’aime pas trop les gens. Enfin, disons plutôt que les gens lui sont indifférents ou l’agacent.

Il en apprécie très peu et, j’ai de la chance, il parait que c’est le cas de ma famille (en tout cas la plus proche) et de quelques-uns de mes amis.

Il en aime encore moins, je crois qu’on en fait partie.

Non, je plaisante, je sais que mes chipies et moi sommes très bien placées dans son top 5 de l’amour.

Oh, et Charly aussi. Il adore les cabots et le nôtre, dont il ne voulait pas au début, passe un temps fou sur ses genoux (et, quoiqu’il en dise, je l’entends parfaitement lui murmurer des « t’es bien là avec papa hein »).

 

Il ne boit pas une goutte d’alcool, ne fume pas, n’aime ni le foot, ni les jeux vidéo, ni la mode qu’elle soit vestimentaire ou autre…

 

Ses kiffs à lui ce sont les documentaires, le cinéma (avec une prédilection pour les films catastrophes), les infos et émissions politiques (à mourir d’ennui d’après moi mais bon) d’1h du mat’, House of card, les voyages et nous.

Je pense d’ailleurs que le mieux du mieux pour lui ce sont les voyages avec nous.

 

 

Comme il ne trouve que rarement des personnes avec qui il aura plaisir à discuter (d’ailleurs il lui arrive de passer des soirées sans dire un mot), et qui ne prendront pas la poudre d’escampette à cause de son humour particulier ou ses provocations, il n’aime aucune des occasions que saisissent généralement les gens pour se regrouper… Les dîners, les soirées, les mariages, etc… Ce n’est pas son truc, ça l’ennuie.

 

C’est un provocateur. Son petit plaisir c’est de réussir à exaspérer les autres. Il est parfaitement capable (et il ne s’en prive pas) de démonter point par point l’argumentaire de quelqu’un alors même qu’en fait, à la base, il est du même avis que lui.

C’est juste par goût de la répartie, du débat, pour tester l’autre, son humour, sa vivacité intellectuelle…

Sauf que ça ne plait pas. Rarement en tout cas.

 

Généralement, les gens qui rencontrent mon mari, ne l’aiment pas. Il faut dire qu’il ne fait rien pour être apprécié. Il s’en fout complètement.

 

C’est, en partie, l’un de nos points communs. Tous les deux, nous nous foutons complètement de ce que peuvent bien penser les gens de nous.

 

La différence (et c’en est une de taille) c’est que moi, j’aime bien les gens. La plupart en tout cas.

 

Pour vous donner un exemple de ce à quoi ressemble notre vie sociale…

 

L’année où nous avons vécu en Suisse c’est parce qu’il intégrait un cursus pour un MBA.

A notre arrivée, nous ne connaissions donc personne.

15 jours après, j’organisais une soirée à la maison avec une grande partie de sa promo puis, tout au long de l’année, des dîners.

Quand j’allais le rejoindre sur le campus, les gens venaient me dire bonjour, on discutait, tandis qu’avec lui, non.

 

Ca peut sembler triste, ça l’a longtemps été pour moi.

Pendant longtemps, je n’ai pas compris. J’étais embêtée quand on était invité car il restait dans son coin. Je n’arrivais pas à croire que ça lui était égal mais j’ai fini par comprendre que c’est pourtant effectivement le cas.

 

Quand c’est comme ça, il est content pour moi car il sait que moi, j’aime et j’ai besoin de ça, le rapport aux autres, les rencontres, les échanges (même si parfois, au début et pour une autre raison, c’est difficile pour moi… Mais c’est un autre sujet).

Il n’essaye jamais de me convaincre de ne pas aller chez les autres ou organiser de dîners ou de fêtes à la maison et il fait même parfois des efforts avec nos invités.

Il m’encourage à continuer ce blog car il sait que le partage et les échanges, aussi petits soient-ils, me font beaucoup de bien.

 

Je l’aime pour ça.

Parce que c’est un ours asocial désagréable mais pas avec et pour moi.

J’ai moi aussi, en le rencontrant, pensé de lui que c’était vraiment un con mais j’ai continué de gratter et j’ai aimé ce que j’ai découvert.

Il n’a pas les goûts et les besoins sociaux de la majorité des gens et, évidemment, il a quelques autres défauts mais…

 

Il a un humour pince-sans-rire option noir que j’affectionne particulièrement et surtout beaucoup d’autodérision.

Il n’est pas macho pour un sou et j’aime l’entendre dire à nos filles qu’elles peuvent devenir ce qu’elles veulent, que rien n’est hors de leur portée.

Il est curieux, généreux, il m’encourage pour tout, il s’occupe des filles le soir du nouvel épisode de ma série du moment et, même si son truc c’est plutôt les émissions sérieuses, il monte le son pour The Voice.

 

Et je sais qu’il organiserait la plus grosse des fiestas et parlerait gentiment à chacun des invités s’il pensait que ça ferait mon bonheur.

 

Notre bonheur, c’est la mission de sa vie.

 

Nous ne sommes pas toujours d’accord sur la façon d’y accéder mais que nous rendre heureuses est son plus profond souhait, je n’en doute pas… Et je l’aime pour ça.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *