Insomnies… Comment j’espère y mettre un terme

Je n’ai jamais été une couche-tôt.

 

Du jour où, adolescente, ma mère a arrêté de m’imposer une heure pour me coucher, je crois qu’à moins d’être malade, je n’ai plus jamais été au lit de bonne heure.

 

Je suis un oiseau de nuit comme on dit et je vais rarement au lit avant 1 ou 2h du matin.

Jusqu’à maintenant ça n’a jamais été un souci et, même si aujourd’hui, pour d’autres raisons, je pense qu’il faudrait que j’essaye de me coucher à une heure plus raisonnable, ces heures nocturnes sont un vrai plaisir pour moi.

 

En revanche, ce qui m’exaspère autant que ça me fatigue, ce sont les fichues insomnies qui me tombent dessus régulièrement.

Elles arrivent par vague et, comme elles s’enchainent pendant plusieurs jours au cours d’une même période, elles sont très difficiles à supporter…

 

Autant je tiens plutôt bien le coup en ne dormant que 5h par nuit pendant les périodes scolaires, alors qu’en réalité je suis une grosse dormeuse qui, pour être au top de sa forme, a bien besoin de 8 à 10h de sommeil (donc vive les grasses mat’ des week-ends et des vacances !), autant ne dormir qu’ 1 ou 2h pendant plusieurs jours, ça m’achève complètement.

 

Je ne suis pas au top lorsque je ne dors que 5h c’est vrai, mais alors là, lorsque l’insomnie s’installe… Je peux vous dire que je me transforme en une espèce d’harpie horrible qui se traine et en veut à la terre entière. C’est horrible pour mon entourage et pour moi !

 

J’étais en plein dedans ces derniers temps… Un vrai zombie mais qui, cette fois, au lieu de juste attendre que ça passe, a décidé de tenter des choses pour essayer d’y mettre un terme…

 

On m’a toujours dit qu’avant tout, il fallait savoir d’où ça venait… Mais je sais.

Je suis parfaitement consciente que c’est dans des périodes de stress ou lorsque j’ai ressenti des émotions un peu fortes que ça arrive.

 

Malheureusement, je ne peux rien faire au sujet de ce qui me préoccupe en ce moment mais si je ne peux pas agir sur la cause, je peux essayer d’arranger certaines choses pour aider mon corps à s’apaiser et trouver le sommeil plus rapidement pendant ces crises d’insomnie. Voici les quelques trucs qui ont l’air de bien fonctionner pour moi…

 

  • Etre mieux installée.  Je me suis achetée un oreiller à mémoire de forme. Celui, classique à plumes, que j’avais depuis plusieurs années était vraiment devenu raplapla et je pense que pour bien dormir, être confortablement installé est important.  Là, c’est parfait, l’oreiller est bien équilibré entre fermeté et moelleux. Il m’a fallu quelques jours pour m’y habituer mais maintenant je ne saurais plus m’en passer ! Il faudrait aussi qu’on change de matelas mais ce n’est pas possible pour le moment alors, en attendant, cet oreiller fait une bonne partie du travail niveau confort.

 

  • Arrêter les excitants le soir. Oui, comme les enfants. Après tout si c’est logique pour eux, ça l’est aussi pour nous. Alors, désormais, en période d’insomnies, le soir je privilégierai un bon livre papier (plutôt que sur ma kindle) et je laisserai tomber l’ordi, le téléphone, la tv, les discussions avec le mari ou tout autre membre de la famille sur des sujets importants pouvant mener à une dispute si l’on a des avis très (trop !) différents…

 

 

  • Supprimer le bruit. Le tic tac de l’horloge, les petits animaux qui squattent le jardin, Charly qui fait grincer le parquet ou le mari qui ronfle… Ces petits bruits, qui habituellement ne me gênent pas plus que ça, deviennent insupportables lorsque j’ai du mal à trouver le sommeil… Alors, je les ai simplement supprimés. Je vous rassure, Charly et le mari sont en parfaite santé hein… J’ai juste viré l’horloge et acheté des boules Quies. L’inconvénient, c’est que lorsque je les utilise, je n’entends plus mes filles si elles se réveillent la nuit (et on sait toutes comme nos maris ont tendance à être sourds dans ces cas-là) mais ça m’aide vraiment alors je me dis que ce n’est l’affaire que de quelques nuits et je fais les gros yeux au mari pour qu’il prenne le relais si besoin.

 

  • Aider mon corps de l’intérieur. Je déteste le thé (ce qui tombe bien puisque c’est aussi un excitant) mais aussi les infusions, donc impossible pour moi d’avaler une tisane aux plantes qui m’aiderait à mieux dormir… Mais comme je pense que donner un coup de main à mon corps de l’intérieur est une bonne idée, j’ai choisi d’essayer avec des compléments alimentaires sous forme de gélules. Je le fais régulièrement pour une cure de vitamines au début de l’hiver et ça marche plutôt bien, alors pourquoi ça ne fonctionnerait pas pour le sommeil ? J’ai opté pour le Good Night Bio* de la marque moiEn, à base de racines de valériane et de passiflore, pour les difficultés d’endormissement… 2 gélules le soir, à prendre 1h avant d’aller dormir, qui promettent de m’aider à m’apaiser et donc réduire le temps d’endormissement.

 

 

  • Forcer les pensées positives. Je sais, c’est étrange dit de cette façon mais c’est pourtant exactement ça. Une fois au lit, au lieu de laisser mon esprit divaguer au risque de me retrouver à ruminer ce qui ne va pas, je me force à des pensées positives. Il y a quelques temps, je vous parlais de mon astuce pour lutter contre les cauchemars de ma fille… Et bien c’est à peu près le même principe. Le but étant d’occuper l’esprit de façon agréable, je m’oblige à penser à des souvenirs sympas ou de chouettes projets comme la prochaine fête d’anniversaire à venir, la déco et les cadeaux de Noël, le prochain voyage… Bref, des choses qui me plaisent et me font plaisir.

 

  • Arrêter les infos et les productions violentes. C’est quelque chose que je fais depuis longtemps déjà… En 2010, après avoir pris conscience de l’importance qu’avaient les informations et/ou les images violentes sur mon niveau d’anxiété, j’ai décidé d’arrêter. Ça ne signifie pas que je ne me sente pas concernée, ou que je ne suis plus du tout informée de ce qui se passe dans le monde, mais c’est vrai que j’en sais moins et ça me va très bien. Je choisis de cliquer sur certains liens d’articles, au moment qui me convient le mieux. Je n’avale plus les horreurs du monde à la pelle. Je sais les dictateurs, les guerres, les pédophiles, les violeurs, les assassins, les animaux qui disparaissent, la cruauté, l’horreur… Je sais. Je n’ai pas besoin de m’en servir une louche supplémentaire quotidiennement ou, pire, minute après minute avec une chaîne d’infos en continue… Sincèrement, arrêter les infos et tous les films, reportages et documentaires violents, c’est l’une des meilleures décisions que j’ai pu prendre et c’est quelque chose qui complète parfaitement le point précédent.

 

 

Voilà, si tout ça n’a pas complètement réglé le problème, ça a tout de même grandement amélioré les choses la dernière fois… J’ai, peu à peu, passé un peu moins de temps à regarder le plafond en rageant de ne pas réussir à dormir et c’est un bon début ! J’espère, à force d’anticiper et améliorer ces petites astuces, réussir à définitivement mettre un terme à ces satanées insomnies.

 

D’ailleurs si vous avez vous aussi des solutions à partager, n’hésitez pas !

 

 

*Produit offert par la marque / Voici un code promo pour pouvoir bénéficier de 15% de remise sur votre achat: UNORAGE15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *