Pensées secrètes – David Lodge #1auteur/mois

Comme convenu dans le cadre du petit club de lecture, je vais vous parler aujourd’hui d’une œuvre de David Lodge.

 

David Lodge est un écrivain britannique, aujourd’hui octogénaire, qui a écrit pas mal de romans (une trentaine si je ne me trompe pas) et qui se distingue par l’humour et l’ironie qu’on retrouve dans la plupart de ses œuvres.

 

Je n’avais jamais rien lu de David Lodge et si j’ai choisi de lire Pensées secrètes, c’est simplement parce que lire une histoire d’amour pendant mes vacances au ski me tentait bien et que le résumé me semblait prometteur.

 

L’histoire se déroule dans une Université de Gloucester.

Helen Reed, romancière et veuve depuis peu, est invitée à l’université pour animer des ateliers d’écriture.

Sur place, elle fait la connaissance de Ralph Messenger, directeur du département de sciences cognitives.

Ralph est marié mais enchaîne les conquêtes… Helen ne lui déplait pas, il lui fait donc des avances mais Helen résiste… jusqu’à ce que.

 

Et non, je ne vous en dirai pas plus, ça gâcherait tout le plaisir !

 

avis pensées secrètes david lodge

 

Le roman est majoritairement construit sur les journaux intimes des deux personnages et c’est pour cela qu’il s’appelle Pensées secrètes.

 

J’ai beaucoup aimé, grâce à ce procédé, le fait d’avoir le point de vue de chacun des personnages sur leur histoire commune.

 

J’ai trouvé que « l’intrigue » était un peu longue à démarrer mais une fois la relation entre Ralph et Helen lancée, c’était vraiment très sympa de lire leurs impressions, réflexions, sentiments via leurs journaux intimes qui n’ont vraiment rien, ou presque, en commun.

 

J’ai été touchée par les questionnements d’Helen et irritée, mais aussi amusée, par les pensées de Ralph.

 

C’est bien écrit, il y a effectivement beaucoup d’humour et d’ironie, mais aussi pas mal de rebondissements qui enrichissent l’histoire.

 

Par contre, j’avoue avoir sauté quelques passages…

En effet, dans le roman, Ralph Messenger fait des recherches sur la structure de la pensée et nous avons droit à la description de quelques-unes de ses digressions scientifiques sur la conscience et tout le toutim… Je n’ai pas été emballée par ces explications et j’ai préféré les sauter, ce qui n’a gêné en rien ma lecture.

Je pense qu’il faut vraiment avoir un goût prononcé pour la science pour trouver du plaisir à lire ces passages et que, lorsque ce n’est pas le cas (comme pour moi), ça peut donner envie de lâcher le roman, ce qui est dommage parce que l’histoire elle-même est vraiment bien… Donc, on ne s’embête pas, on passe quelques pages et on continue sa lecture !

 

Lire ce roman était agréable mais ce n’est pas franchement un « roman de plage »…

J’entends par là que le niveau d’écriture est suffisamment élevé pour qu’on ait quand même à être vraiment dedans pour suivre.

 

C’était une jolie découverte et je pense que je pourrais me laisser tenter par un autre roman de David Lodge. Peut-être que vous en avez lu un et que vous pouvez me donner votre avis ?

Le mois prochain, c’est dans un roman de Jojo Moyes (que je ne connais absolument pas) que je vais me plonger !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.